l'etat est il un obstacle a la liberté

L’expérience…. La notion d’autonomie est toujours comprise comme respectueuse de la liberté de l’autre. Sujet 5627 L'Etat est-il seul à pouvoir garantir notre liberté ? Etant les auteurs de ce qu’il fait, nous ne lui sommes pas soumis comme s’il confisquait notre pouvoir ; nous lui avons au contraire donné le droit de parler et d’agir à notre place. Celui qui fait la loi doit faire abstraction de ses particularités et de ses envies ; de son sexe, de ses préférences, de ses convictions morales, de sa religion, de sa position sociale, de ses atouts et de ses faiblesses… La fiction de la position originelle suppose en effet des individus placés sous un voile d’ignorance qui leur masque leurs désirs et leurs fins. Mais l'argent rentre dans les caisses de l'Etat, alors on est "content" !! Dans De la Démocratie en Amérique (IVème partie), Tocqueville exprime ainsi le risque d’un despotisme doux où règne l’absence de liberté. Il n’y a aucune liberté si chacun fait la loi selon son intérêt particulier : idéalement, le citoyen doit faire une loi bonne pour tous, une loi qui réalise le bien commun et l’intérêt général. La liberté se définirait communément par l’absence de contrainte et d’obstacle, qu’ils soient matériels, physiques, psychologiques, moraux, juridiques ou encore politiques. Soit la souveraineté est détenue par un seul (Etat monarchique) ; soit par un groupe de citoyens (Etat aristocratique) ; soit par tous les citoyens (Etat démocratique). Comment le citoyen pourrait-il choisir pour tous, en faveur de l’intérêt général, s’il s’enferme dans l’individualisme et dans ses propres conceptions du bien ? Mais le fait est que le chemin de la vie est semé d'embûches et qu'une liberté que l'on définit par l'absence d'obstacle est soit difficile, soit impossible. C’est là le rôle et le pouvoir de l’Etat. L’Etat doit me garantir la possibilité de réaliser une liberté que j’ai moi-même conçue et délimitée. En autorisant le souverain, nous considérons comme nôtres toutes les actions qu’il effectue en notre nom. Être libre est-ce donc ne rencontrer aucun obstacle? C’est une liberté infructueuse, car il n’y a aucune justice naturelle : l’état de nature est un état extra-juridique, où aucun pouvoir législatif ne limite ma liberté naturelle. L’Etat débouche sur un respect de soi et des autres. ØÖ Ð Ö ¸ ×ع mieux, je me sens libre lorsque rien ne s’oppose à la réalisation de mes désirs. L’Etat doit rendre possible ma liberté privée, mais il ne doit pas en être l’auteur ou le régisseur. « Ce que je nomme le roi, c’est le peuple » (Hobbes, De Cive). Pour que les libertés puissent coexister entre elles, la « personne morale » (autonome) qui choisit la loi ne doit pas la choisir pas en fonction de son intérêt particulier, mais en fonction du bien commun ou de l’intérêt général. Au paragraphe 261 des Principes de la philosophie du droit, Hegel écrit : dans l’Etat, « l’intérêt particulier n’est ni négligé, ni refoulé, mais accordé à l’intérêt général ». Mon intérêt particulier ne s’efface pas derrière l’intérêt général, car ma liberté n’existe que dans l’intersubjectivité ; mais l’intérêt général ne s’efface pas non plus derrière mon individualisme, car ma liberté est au service de l’unité sociale. Hobbes utilise une métaphore théâtrale pour imager cette relation : nous sommes les auteurs de ce que le représentant fait en tant qu’acteur. Comment passer de l’état de nature à l’état social ? L’Etat produit de la liberté lorsqu’il produit de l’obligation et non plus seulement de la contrainte. Pourquoi les individus ne pourraient-ils pas faire cohabiter leur liberté sans avoir besoin d’un Etat ? Autrement dit, si l’Etat est un obstacle à ma liberté, cet obstacle est rationnellement consenti et librement choisi. La loi est-elle un obstacle à la liberté ? L’État est un instrument de protection des droits individuels. Chez Hegel, tout ce que je suis, je le dois à l’Etat : « tout », c’est-à-dire à la fois mon individualité et ma sociabilité, à la fois ma vie intime et bourgeoise et ma vie sociale et politique, toutes deux pacifiées par mon adhésion à l’Etat. C’est par l’Etat que l’individu peut éprouver une liberté à la fois individuelle et intersubjective ; une liberté qui se réalise dans et par l’intersubjectivité mais qui ne fait pas disparaître l’individu derrière les exigences du tout et de la cohésion sociale. En poursuivant son désir, l’homme ne fait qu’obéir à son droit naturel, qui va aussi loin que sa puissance. Il n’y a pas une identité tautologique entre le peuple et le souverain : ce n’est pas l’individu qui fait librement les lois. Sujets connexes : Désirer est-il un obstacle à l'accomplissement personnel La loi est-elle un obstacle ou une condition de la liberté? Les crises sont-elles inscrites dans la … Comment puis-je être libre, alors même que je suis contraint et forcé d’obéir ? This video is unavailable. L’Etat semble être la condition de possibilité d’une cohabitation ou d’une coexistence entre ma liberté et la liberté de l’autre. Être libre est-ce ne rencontrer aucun obstacle ? C’est une liberté non pas seulement projetée et voulue, mais une liberté vécue dans une dimension sociale et intersubjective. Le représentant est absolu ; il n’est pas lié au citoyen par des règles ou par une mission. Toutefois, que devient ma liberté si l’Etat a seul le pouvoir de faire toutes les lois ? Comment concilier mon intérêt particulier avec l’intérêt général ? Je suis libre quand j’obéis à une loi que j’estime juste et à laquelle je consens. Sans Etat, quelles seraient les relations entre les hommes ? L’accord est unilatéral et irréversible. Qu’est-ce que l’Etat doit être pour garantir ma liberté ? Tout homme est « naturellement majeur » : nous avons tous, par nature, la capacité, la faculté ou le potentiel pour construire notre propre pensée et pour agir selon nos propres lois. Au sein de l’Etat, l’individu est « empêché « dans certaines de ses actions, celles qui enfreignent la loi. L'État est-il l'ennemi de la liberté ? Il peut au contraire admettre la séparation des pouvoirs législatif, exécutif et judiciaire. Spontanément, tout individu se sent libre dès lors qu’il peut accomplir tous ses désirs, toutes ses envies. D'abord elle 2010 On pourrait certes imaginer une société où règne naturellement le droit, sans qu’il passe par l’Etat. Où est ma liberté si l’Etat peut décider de n’importe quelles lois sans moi, indépendamment de ma volonté ? Chez Kant, « faire sa propre loi », cela ne signifie pas légiférer « librement » selon son point de vue particulier, selon son calcul égoïste ou selon ses propres fins. Peut-être n’y a-t-il aucune liberté avant l’Etat ? 12. Si l’Etat prétend régir ma vie privée, ne risque-t-il pas de devenir un nouveau Léviathan qui décide à ma place de ce qui est bon pour moi ? En effet, l’Etat est la condition de possibilité d’un état de droit ; état de droit qui est la condition de possibilité de ma liberté. « Les conventions, sans le glaive, ne sont que des paroles, dénuées de la force » (Léviathan, XVII). L’homme n’est pas naturellement cruel ; il ne veut pas la guerre. Tocqueville déplore lui-même le risque d’une atomisation de la société où chacun est indifférent aux intérêts des autres : « je vois une foule innombrable d’hommes semblables et égaux qui tournent sans repos sur eux-mêmes pour se procurer des petits et vulgaires plaisirs » (De la Démocratie en Amérique, IVème partie). Ma liberté dépend de la force d’un Etat et du pouvoir de contraindre qui lui est propre. L’enjeu est donc également normatif : que dois-je attendre de l’Etat ? La difficulté de cette première phrase réside dans le fait que Spinoza s’oppose à une thèse qu’il s’agit pour nous de poser dans un premier temps sous la forme affirmative : Le but de l’Etat est la domination des hommes. Le célèbre philosophe Jean Jacques Rousseau avait écrit : « les hommes naissent libres et égaux, mais partout ils sont dans les fers » pour souligner le droit naturel à la liberté chez l’homme. Mon intelligence n’a pas la force pour m’obliger à respecter la liberté de l’autre. L'Etat est-il pour la liberté de l'individu un obstacle ou une condition nécessaire ? - Duration: 12:00. aucun obstacle? En régnant, non pas par la crainte, mais par une attention bienveillante et par une intrusion dans la sphère de l’individu, l’Etat dissout la liberté individuelle. Au contraire, pour Hobbes, l’Etat-acteur ne joue pas le texte du citoyen-auteur. ............................................................................... 25 Accéder la dissertation : l'Etat est-il un obstacle à la liberté ? Parce que cette contrainte est choisie. L’Etat limite ma liberté, mais cette limite est consentie par ma raison. Au contraire, l’homme majeur est celui qui se sert de son propre entendement, qui pense par lui-même et qui fait seul usage de sa raison. est-il pour la liberté de l'individu un obstacle ou une condition nécessaire ? Le représentant « incorpore » les sujets, il se substitue à jamais au peuple. À ce stade, on considérera donc que la contrainte est l’exact opposé de la liberté. En réalité, si l’autonomie du citoyen est compatible avec la paix sociale, c’est parce qu’elle n’est qu’une autonomie raisonnable ou morale. Parce que « la justice sans la force est impuissante » (Pascal, Pensées, 103). L’Etat ne supprime pas l’individu ; il en fait un individu social, un individu pour la société. Or, nous l’avons vu, la société n’est stable que si chaque individu respecte la liberté de l’autre ; et, l’individu n’est libre que s’il est autonome et qu’il décide des lois. Il se substitue à mon vouloir. L’homme peut trouver, en lui, dans l’exercice de sa propre raison, les règles pour son action. Une opinion courante voit volontiers l’État comme l’adversaire de l’individu. La laïcité comme obstacle à la liberté. L’Etat est une structure juridique, dotée d’une constitution et d’une force pour la faire respecter. S1 'agissant de la liberté, l'opinion commune -que sans doute d'ailleurs, sur ce point, Ajouté par : admin. Or, quelle forme prendrait cette liberté qui précèderait l’Etat ? Mais le citoyen est celui qui délègue, qui donne le droit à l’Etat-acteur de le commander. L’Etat n’est pas un obstacle à ma liberté : au contraire, l’Etat est la condition de possibilité d’une liberté vécue, d’une expérience de la liberté. Ce jugement est-il fondé ? Les membres ont attribué la note suivante en moyenne : Pas de note attribuée pour le moment. Et ce pouvoir caractérise l’Etat. chacun de nous partage intimement et initialement- oscille entre deux extrêmes2 . L’Etat ne doit pas travailler à mon bonheur, à mes affaires commerciales et privées : il doit garantir les conditions minimales pour que « je » réalise mon bonheur, mais il ne doit pas être l’agent de mon bonheur. C’est l’Etat qui donne naissance à un état de droit ; lequel rend compossibles les libertés entre elles. conçoit la liberté comme absence absolue de limites, rigoureuse négation de toutes contraintes, Que devient ma liberté si l’Etat me force à respecter la loi ? Pour être vraiment libre, il ne suffit pas que le citoyen autorise l’Etat à faire les lois ; encore faut-il que le citoyen autorise chacune des lois, qu’il ait un droit de regard et de critique sur les lois, qu’il puisse contrôler les lois de l’Etat et exiger de lui certains devoirs. Documents relatifs. En dehors de l’Etat, il n’y a que des libertés naturelles qui conduisent à une menace permanente d’hostilité, à un état de guerre où la seule protection de l’individu est sa propre force. lorsqu'il déclare4 : L’autonomie que doit garantir l’Etat est nécessairement une autonomie générale et collective. Le capitalisme est donc un obstacle à la liberté selon la vision du film Into the wild. Introduction On dit qu’une voie est libre lorsqu’elle est sans obstacle et l’on pense que l’on est soi-même libre lorsque l’on ne rencontre aucun obstacle. Les paroles de ma raison ne suffisent pas : c’est parce qu’elles ne suffisent pas, que ma raison me conseille de me soumettre à un Etat, qui lui seul pourra exercer la contrainte nécessaire. En effet, chez Hobbes, l’Etat est le seul à faire les lois ; il n’est pas assujetti à une volonté populaire initiale et fait les lois en toute responsabilité et en toute puissance. Il n’est pas rare de constater que les Hommes considèrent la liberté par sa conception naïve, ainsi, la liberté, c’est « faire ce que l’on veut », elle correspond, semble-t-il à la toute-puissance de la volonté de chacun. – Les deux usages de la raison chez Kant. L’obstacle empêche la progression de l’homme, lui laissant le choix entre la force, la ruse ou le renoncement. Toutefois, chez Hobbes, le représentant n’est pas lié au représenté. Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. L’existence (L)................................................................................................... 29 Il ne va pas sans une puissance de contrainte, c’est-à-dire sans un pouvoir de sanction. Ò Ö Ò Si l’Etat doit pouvoir contraindre les sujets du droit, c’est précisément pour faire coexister les libertés entre elles, et non pas pour les écraser ou les dissoudre. Autrement dit, l’Etat doit être la condition de possibilité de ma liberté individuelle ; mais il ne doit pas en être l’arbitre. Pour que les libertés soient compossibles, il faut que « ma » propre loi soit en réalité une loi universelle et générale. L’oppression d’un peuple c’est quand une population est soumise à l’autorité d’un pouvoir tyrannique. état : 1) Avec une minuscule, manière d'être, disposition (un état d'esprit). 1 L’Etat rend possible une liberté « avec » les autres ; une liberté qui ne conduit pas à la guerre, une liberté compatible avec mon désir de vivre, mon désir de paix et de sécurité. N’est-ce pas l’Etat qui permet précisément de concilier ma liberté privée et ma liberté politique, c’est-à-dire de concilier l’intérêt général et l’intérêt particulier ?

Bible Traductions Comparées, Les Tulipes De Nicolas, Logis Château Fort, Maison De Maître à Vendre Aveyron, Pont Saint Michel Entrechaux, Un Poisson Au Fond D'un étang Paroles, Jamie Cuisine L'italie Zeste, Progression Maths à Grands Pas Gs, Propriété à Vendre Lorraine,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *